Jean-François Revel

Mémoires
Édition intégrale
Autobiographie
Première parution:
11 janvier 2018
Robert Laffont
Collection : Bouquins
896 pages
ISBN : 978-2221138724
Présentation de l’éditeur

Jean-François Revel avait déjà acquis une large célébrité lorsque, en 1993, à presque 70 ans, il s’engagea dans une aventure toute nouvelle : la rédaction de ses Mémoires.

Cette éblouissante traversée d’un demi-siècle d’histoire, de culture et de rencontres confirma que l’écrivain n’était inférieur ni au philosophe ni à l’essayiste. En janvier 1997 parut Le Voleur dans la maison vide. L’événement fut à la hauteur de ses ambitions, Revel s’inscrivant dans la lignée des plus grands mémorialistes, celle du cardinal de Retz et de Saint-Simon.
L’ouvrage parcourt un territoire foisonnant, de l’enfance marseillaise à la direction de L’Express, de la Résistance, où Revel fut très actif, aux séjours mexicain et italien, hauts en couleur, de ses amitiés avec Breton, Buñuel, Raymond Aron ou Vargas Llosa à son bref compagnonnage avec François Mitterrand, des subtilités de la gastronomie aux pièges de l’alcool… Portés par un sens saisissant du récit et du portrait, ces Mémoires au style inimitable illustrent ce que valent, chez un homme d’une inlassable curiosité, pourfendeur des idées reçues, le courage du caractère et la force de l’esprit.

Dans cette édition définitive figurent un chapitre qui avait été retiré du manuscrit originel du Voleur dans la maison vide, Le Supplice de la notoriété1, et cinq autres entièrement inédits initialement destinés à former, sous le titre pittoresque de Bada2, une suite qui fut interrompue par la maladie et la mort de l’auteur.
Encore enrichi ici d’entretiens donnés en juin 2002 à France Culture, ce témoignage s’impose comme une oeuvre politique et intellectuelle de premier ordre.

Consulter:
Le Voleur dans la maison vide, autobiographie originelle de Revel (1997)
Les cinq émissions A voix nue avec Laurent Theis, France Culture, 2002
– Dans le Bada, Revel explique comment Philippe Lançon a, pour Libération, utilisé comme prétexte la sortie de ses Mémoires pour le rencontrer et évoquer son vice d’alcoolisme, qui sera, ô surprise, le principal sujet de son article quelques jours plus tard. Voici le billet en question : Le vert et l’aigri

1. Bada: En provençal de Marseille, ce “petit morceau supplémentaire que le marchand de glaces ambulant ajoutait gracieusement au sommet du cornet”.
2. Également paru dans la revue Commentaire : Partie 1, partie 2.