Jean-François Revel

Décès de Jean-François Revel

Jean-François Revel est décédé dans la nuit de samedi 29 avril.
Tout au long de sa vie, Jean-François Revel a combattu pour la liberté; que ce soit par son engagement dans la Résistance pendant la guerre, puis par ses nombreux écrits, illuminés d’un style si puissant et personnel, marqués d’une grande clarté, et qui ont permis à tant de personnes de découvrir les idées de liberté.
Si quelqu’un a bien mérité le titre d’Immortel, c’est Jean-François Revel.

Les obsèques de Jean-François Revel ont eu lieu le vendredi 5 mai au cimetière du Montparnasse, à Paris.

Articles rendant hommage à l’auteur:


A lire:


19 janvier 1924 – 30 avril 2006

Commentaires

  1. taouil ali
    10 May 2006 | 4:34

    je suis vraiment tres peiné par sa disparition,je presente donc mes scinceres condolerances à Mme Claude Sarraute ,Mr Ricard Matthieu ainsi qu’à ses deux autres enfants (egalement à Yahne Le Toumelin si elle est toujours de notre monde)
    c’est vraiment regrettable et une grande perte pour le monde des lettres en général
    j’ai fait la connaissance de mon cher Maître à travers une interview paru ds “paris-match” en 1996 oû il decochait un regard ironique au photographe avec la main une poèle,photo legendée comme ceci:”mr Revel sait tres bien qu’en matiere de géopolitique,on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs”,j’ai du attendre de repartir etudier à bordeaux(je suis du maroc)oû la premiere chose que j’ai fait a été d’acheter “le voleur ds la maison vide”,plus tard j’ai pu prendre relativement connaissance de sa pensée avec des livres comme “ni marx ni jesus”,”histoire de flore”(son premier livre),”pourquoi des philosophes”,”le moine et le philosophe”ecrit à deux mains avec son fils Matthieu Ricard
    toujours ds “paris-match”,j’avais acheté celui qui relatait la vie de tabarly à l’epoque de sa mort,quelle ne fut pas ma surprise(mais c’etait prévisible)de le voir en page 70,entrer au saint du saint:”l’Académie Française”,je me suis dit;”je ne pourrais jamais voir mon maitre il va devenir overbooké!!!”,en 2001,je pars en france pour 2 semaines de vacances oû?au croisic oû il ya avait le bateau(la bicoque) de jacques-yves le Toumelin son beau-frere qui avait fait le tour du monde avec:encore un clin d’oeil à JFR!
    à Paris plus tard(mais il faut que je vous dise que j’avais vu le consul de France à Agadir,lui demandant si il ne fut pas possible que je puisse avoir l’adresse de mon Maitre:il avait cherché ds le “who’s who” et me l’avait donné,le probleme c’est qu’à l’arrivée j’etais trop febrile pour aller voir un Homme de son envergure,moi le petit marocain!!!j’ai néanmoins croisé son epouse au quartier latin en lui demandant de transmettre mon admiration au “Maitre”:ça aura été mon obole!!!
    Adieu,Maitre,je ne vous oublierais jamais!!!

  2. Manuel
    10 May 2006 | 11:31

    La muerte de Revel sorprende a América Latina padeciendo nuevamente un vigoroso resurgimiento del oprobio populista. Con su muerte la libertad queda aún más desamparada.
    Desde la Argentina, donde día a día perdemos una nueva libertad recordamos a Revel con respeto y admiración.

  3. bouland nicolas
    11 May 2006 | 10:14

    la disparition de JFR va créer un vide dans la pensée libérale française.Etudiant,j’avais dévoré “comment les démocraties finissent” et depuis Revel était devenu pour moi un “chaman” selon l’expression d’Arthur Koestler!Je regretterai son refus du politiquement correct,sa dénonciation des dictatures et sa défense des USA bien rare dans la culture héxagonale…

  4. Xavier KERVELLA
    11 May 2006 | 2:51

    chers amis revéliens, je vous signale que France Culture rendra hommage à notre maître en fin de mois en rediffusant les émissions consacrées à Revel dans “A voix nue”. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer…même de France culture..
    De plus, Robert Laffont devrait rééditer dans la collection Bouquins, l’anthologie des essais de Revel jusque-là introuvable et qui contient, entre autres, Ni marx ni Jésus. La revue Commentaire ne devrait pas non plus oublier un de ses membres les plus éminents dans sa prochaine livraison de l’été 2006. Amitiés.

  5. 11 May 2006 | 5:04

    No es ninguna exageración decir que la tranquilidad y la felicidad empiezan, geográficamente hablando, donde se emplea el ajo en la cocina. En nuestros festines nunca faltarán los sofirtos, las garrafas de vino y el recuerdo de sus libros!
    Monsieur Revel, Amitiés Gourmandes!

  6. Koos
    12 May 2006 | 6:14

    Revel was simply one of the great Classical Liberal thinkers, steeped in ideas about freedom and democracy. His Democracy Against Itself contains hints that he does not necessarily oppose social democracy. Other merits of the book are the shocking analysis of Western Europeans, and the willingness on the part of several politicians to be fellow-travelers of the USSR. What is now commonplace in our thinking about ‘the geatest dungeon mankind has ever known’ (Noam Chomsky), was not at all common when Revel exhibited the courage to publish this work. I hope France will find another Liberal voice that equals Revel in erudition and nondogmatic approach, but fear he will be hard to replace.

  7. Dominique Jean.
    13 May 2006 | 5:24

    Chers tous,

    Sincères condoléances à Claude (Tu dois être perdue dans ta grande maison, reviens-nous à la radio et à la télé) et à Mathieu (Sois en paix).
    Je viens d’apprendre la disparition de Jean-François Revel.
    En poste en Espagne au début de ce millénaire, j’ai découvert avec étonnement que Jean-François Revel était bien connu de mes collègues. Je leur ai posé la question à savoir comment ils le connaissaient. Ils m’ont alors expliqué que Jean-François Revel écrivait régulièrement des articles en espagnol dans la presse. Si ma mémoire est bonne, cela devait être « El País ». Par curiosité et par envie de redécouvrir un de mes maîtres à penser, je me suis mis à lire ses chroniques, non seulement par goût de la lecture en castillan, mais aussi pour la justesse de ses propos concernant les événements du monde d’aujourd’hui. Cela m’a incité à relire certaines de ses œuvres, entre autres « Comment les démocraties finissent ».
    Actuellement en poste au Liban et vivant en immersion près de la population autochtone, je me suis forgé une conviction : « Il n’y a pas de liberté d’un peuple sans engagement personnel ».
    Sachez qu’autour de moi des individus vivent avec moins 200€ par mois et sont heureux. Ils me demandent pourquoi vous faites la révolution en brûlant des voitures et des entreprises. Ils regardent avec étonnement ce monde de fortune qui leur est livré par la « lucarne magique » (television). C’est peut-être comme ça que les démocraties finissent…
    Merci Monsieur Jean-François Revel,
    Votre humble lecteur,

    Dominique Jean.

  8. 15 May 2006 | 10:59

    Longtemps – me croirez-vous? – j’ai fait du ski de fond avec Jean-François Revel. Claude, son épouse, et Pierre, mon mari, fonçaient en avant. J’allais à son pas, et je l’écoutais. Nous parlions des nouvelles de la nuit (il dormait en écoutant la radio), de nos lectures ou du paysage. Rien ne le laissait indifférent: ni les fermes, ni la faune, ni la flore. Il s’émerveillait avec sa politesse naturelle de mon petit savoir. Il s’intéressait à mon travail. Il manquera cruellement à notre réflexion, mais nous avons aussi perdu un ami très doux, très attentif, à l’affection discrète et solide.

  9. Eléonore Visart de Bocarmé
    9 November 2006 | 5:39

    Bonjour,

    Je viens d’apprendre le décès de Jean-François Revel alors que je suis occupée depuis quelques jours à le “provoquer” dans une partie d’un livre que j’ai envie d’intituler “Cette “Elite” mafieuse qui nous dirige” et dont il faisait partie. Si je me suis décidée à provoquer ce personnage c’est que son livre “l’Obsession américaine” m’a choquée…Lui qui se reclamait de gauche et qui fréquentait tout l’Elite mafieuse comme par exemple Henry Kissinger, ce criminel notoire ou encore Donald Rumsfeld. On le retrouvait au Bilderberg. Il défendait la mondialisation économique…
    Ces pauvres petits américains à qui nous devons l’affreux Coca, boisson de la mondialisation par excellence, l’aspartame un autre poison, les OGM, qui se plaignent quand l’Europe refuse les hormones, qui provoquent des coups d’Etat pour s’imposer comme Chiquita au Guatémala. Qui a renversé Alliende et mis Pinochet sur le “trone”? Les américains avec leur dévoué Kissinger ..encore lui..
    On retrouve Jean-François Revel aux côtés des grands PDG de Coca des grans banquiers, des pétroliers, de l’armement etc…
    Enfin j’arrête, la suite dans mon livre…

  10. 4 March 2007 | 10:28

    […] mars 4th, 2007 · No Comments Recensé sur le site Chez Revel […]

Écrire un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire - invisible)