Jean-François Revel

La Grande Parade
Essai sur la survie de l'utopie socialiste
Essai
Première parution:
27 janvier 2000
Éditions Plon - Olivier Orban
342 pages
ISBN : 2259190561
Parution ultérieure :
15 février 2001
Pocket
Collection : Pocket
372 pages
ISBN : 2266106759
Quatrième de couverture
“Voilà dix ans, s’effondrait le régime soviétique, non pas, comme ç’avait été le cas pour le nazisme, sous les coups guerriers de l’adversaire, mais sous l’effet de sa propre putréfaction interne. Beaucoup pensèrent tout naturellement que le plus spectaculaire échec d’un système politique dans l’histoire humaine allait susciter au sein de la gauche internationale une reflexion critique sur la validité du socialisme.

Ce fut tout le contraire. Après une instant d’étourdissement, la gauche, même et surtout non communiste, affréta une impréssionante flotille de justifications rétrospéctives. Il en ressort cette conclusion comique : ce que réfute véritablement l’histoire du vingtième siècle, ce serait, paraît-il, non le totalitarisme communiste, mais… le libéralisme ! Par voie de conséquence, toute comparaison entre les deux totalitarismes majeurs, le communisme et le nazisme, reste un tabou : interdit de constater l’identité de leurs méthodes, de leurs crimes et de leur idée fixe antilibérale. Ainsi la décennie 1990-2000 fut celledes efforts surhumains de la gauche pour s’épargner d’avoir à tirer les leçons humaines du naufrage de ses propres illusions.Que fut au juste cette “grande parade” ? Ne serait-elle qu’un exemple supplémentaire du divorce éternel entre le narcissisme idéologique et la vérité historique ? Tel est l’étrange fourvoiement que raconte ce livre et le “mensonge déconcertant” qu’il essaye d’expliquer.”

Commentaires

  1. simon
    31 December 2005 | 11:06

    D’une famille de gauche, il m’a été difficle de lire ce livre sans me départir de mes préjugés. Les références font mouche et peu à peu on en arrive à une évidence: être de gauche passe aujourd’hui par le libéralisme. Il a été difficile pour moi d’ouvrir les yeux. Allez-vous avoir les mêmes difficultées ?

  2. Bishop
    31 December 2005 | 11:06

    Dommage que tu n’es pas mi ton email Simon, je viens d’une famille communiste et d’une ville qui prétend l’être (montreuil) j’ai donc été confronté à des difficultés pour sortir et passer à autre chose…Encore heureux qu’il y a les livres et des gens comme Jean-François Revel pour en écrire. Une bibliographie se dévoile un nouveau chemin de lecture apparait

  3. ékoulé m. charly
    1 January 2006 | 8:12

    ce livre, lu d’un trait et deux fois de suite, m’a définitivement et solidement ancré dans le libéralisme. Avant lui, “la révolution capitaliste” de peter l. berger m’avait sorti de l’imposture des idéologies de gauche, notamment du communisme. Revel étale sans complexe et surtout sans nuance – ce qui est paradoxalement le défaut et la qualité de l’oeuvre- la non-validité du socialisme qui se prévaut pourtant d’une certaine innocence. Bien qu’africain vivant en Afrique, je ne crois nullement en le tiers-mondisme et l’altermodialisme, excroissaces du socialisme et du marxisme. Merci Revel!

  4. JoJo
    27 December 2007 | 1:13

    Ayant lu Roucaute (la puissance de la liberté, le néoconservatisme est un humanisme) et Millière (ce que veut Bush) je trouve la lecture de Revel très enrichissante, sa maîtrise de la langue et son humour rendent la lecture particulièrement délectable. J’avais déjà une opinion politique proche de l’auteur mais il m’a conforté dans cette pensée, et ce avec une analyse pertinente. Dommage que les visions utopiques persistent, que l’anti-américanisme primaire perdure. Il faudrait un successeur à JF Revel…

  5. Slavaseptimanius
    21 May 2008 | 3:01

    Le talentueux homme de gauche, humaniste progressiste libéral, qu’était Jean-François Revel restera
    dans les lettres françaises comme un émule des Sainte-Beuve, Littré, Renan, Taine et autres Anatole France (l’auteur de “Les Dieux ont soif”) : un épicurien sceptique, à la manière du Brotteaux des Ilettes
    du roman susmentionné, une incarnation de l’esprit grec contre les fièvres messianiques.
    Puissent les Mânes de Pétrone et de Lucullus l’accueillir en leur compagnie !

  6. etienne
    15 January 2010 | 4:23

    Revel est grand, il est de ceux qui vous fait aimer d’avoir appris à lire.

  7. etienne
    15 January 2010 | 4:35

    font

  8. 8 November 2010 | 3:22

    […] technique nous vient de l’école de Moscou. Aujourd’hui encore, la grande parade de 1989 est toujours considérée comme une référence du genre dans toutes les salles […]

  9. 29 October 2011 | 10:45

    […] le contempteur insatiable des utopies qu'il était, le libéralisme n'est pas une idéologie. Dans la grande parade, livre véritablement prophétique puisqu'il prévoyait la survie de l'idéologie communiste peu […]

Écrire un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire - invisible)